samedi 31 mars 2018

Celui dont le nom n'est plus de René MANZOR


Présentation de l'éditeur

Londres, au petit matin. Sur une table de cuisine, gît un homme vidé de ses organes. L’assassin est une vieille dame à la vie exemplaire. Pourquoi cette femme a-t-elle sacrifié l’homme qu’elle a élevé comme un fils ? Elle est incarcérée. Pourtant, le lendemain, un autre homme est tué de façon similaire. Par la personne qui l’aimait le plus au monde. À chaque fois, les tueurs, qui ne se connaissent pas, laissent derrière eux la même épitaphe écrite dans le sang de leur victime : "Puissent ces sacrifices apaiser l’âme de Celui dont le Nom n’est plus…"
Trois destins vont se lier autour de ces meurtres incompréhensibles : ceux de McKenna, vétéran de Scotland Yard, de Dahlia Rhymes, criminologue américaine et de Nils Blake, l’avocat de ces  coupables qui ressemblent tant à des victimes. Trois destins, et trois vies détournées à jamais de leur cours.


Mon avis

J'ai pris beaucoup de plaisir en lisant ce roman. 
Manzor, par touches successives nous fait découvrir ses héros. Nous sommes à Londres, à Scotland Yard. Nous découvrons peu à peu les fêlures de McKenna (l'irlandais), les traumatismes de Rhymes (l'américaine), et le surprenant destin de Blake (le britannique). Nous sommes face à des crimes particulièrement odieux, les assassins semblent être des victimes!
C'est la tragique histoire de manipulation mentale, la sordide histoire de mort et de renaissance. C'est la magnifique histoire de dons de soi, de dons d'organes. 

Pourquoi ce roman

C'est un peu par hasard que j'ai découvert ce roman, caché sous la pile de livres non terminés de ma liseuse. Je ne regrette pas mon choix, j'ai découvert René Manzor.

jeudi 29 mars 2018

Ceux qui tombent de Michaël CONNELLY


Présentation de l'éditeur

Bosch vient de décrocher un sursis de trois ans avant d’être mis à la retraite d’office lorsqu’il se voit confier un cold case datant de 1989. Viol suivi de meurtre, ADN, antécédents judiciaires et profil psychologique, tout incrimine un certain Clayton Pell. Un suspect… qui n’aurait eu que huit ans au moment des faits. Erreur du labo ou faute impardonnable de deux inspecteurs ? Les conséquences de ce cafouillage s’annonçant monumentales, Bosch se met immédiatement au travail lorsqu’il est appelé sur une scène de crime. Un homme se serait jeté du septième étage du célèbre hôtel de Los Angeles, le Chateau Marmont. La victime, George Irving, est le fils d’un conseiller municipal très influent à L.A., un homme qui n’a jamais porté Bosch dans son coeur. Pourquoi exige-t-il que ce soit lui qui mène l’enquête ?
Deux intrigues menées en parallèle, l’une révélant la corruption de politiciens obnubilés par leurs profits, l’autre la monstruosité de prédateurs sexuels, et une description de Los Angeles qui fait froid dans le dos.

Traduit de l'anglais (États-Unis) par Robert Pépin

Mon avis

C'est toujours un plaisir que de retrouver Harry. Il vieillit et aimerait pouvoir encore travailler… éloigner encore un peu cette retraite ! Il vit avec sa fille, Maddie, qui désire devenir policier. Alors bien sûr il partage un peu avec elle son métier et de beaux moments de tendresse. 
Il faut bien ça à notre inspecteur pour ne pas se laisser engloutir par les deux affaires qu'il doit résoudre.
Un viol datant de 1989, celui de la jeune Lily Price, et découvrir si la mort de George Irving, le fils de son vieil ennemi Irvin Irving est un suicide, un meurtre ou un accident.
Sa rencontre professionnelle avec Hannah Stone sera-t-elle le début d'une aventure? 
Arrivera-t-il a améliorer ses relations avec son partenaire Chu?
Comme toujours avec Michaël Connelly, j'ai apprécié l'écriture, les personnages, la montée d'adrénaline. 

Un petit plus !

Je dois bien reconnaitre que j'ai un faible pour ce personnage. Il aime le jazz, le saxophone, il est intègre, honnête et bienveillant . Je ne partage pas toutes ses idées… mais je peux les comprendre. C'est la force de Connelly, faire de son héros un être qui peut entrer dans notre quotidien.

mardi 27 mars 2018

Intervention suicide de Michaël CONNELLY


Présentation de l'éditeur

Trois enquêtes inédites avec Harry BOSCH ! Disponible uniquement en version numérique.
Suivies d'un extrait de Ceux qui tombent, la nouveauté de l'auteur à paraître le 2 mai 2014.


Petits bijoux d’intrigues rondement ficelées et ce, en quelques pages seulement, ces trois enquêtes donnent à voir un Harry Bosch plus que jamais perspicace et investi dans sa mission. Questionnements, doutes, ténacité, on est avec lui… jusqu'à la dernière page.
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Robert Pépin.


Ma vision de Connelly et de Bosch!

C'est toujours un plaisir pour moi de retrouver l'écriture de Michaël Connelly et surtout son inspecteur Hieronymus (Jérôme) Bosch égal à lui même, avec ses défauts, mais surtout ses qualités! 


Intervention suicide
De permanence de nuit, les inspecteurs Edgar et Bosch sont appelés pour une intervention suicide. Une jeune femme vient d'être retrouvée nue et inanimée sur son lit. Pour Edgar, rien de plus simple : il suffit de confirmer le suicide de l’apprentie actrice et de rentrer chez soi. Mais il oublie une chose: c'est avec Harry Bosch qu’il fait équipe et Harry Bosch n’aime pas aller trop vite en besogne...
Mon avis
Il faut tout le talent de Harry Bosh pour découvrir le tout petit indice qui fait basculer le suicide en crime. Il sera aidé par Kizmin Rider, une jeune femme très douée en informatique. Un plus pour notre Harry vieillissant!
Un assassin surprenant et une chute pour le moins originale

Cielo Azul
Cielo Azul est le surnom donné à une adolescente mexicaine de quinze ans retrouvée morte dans Mulholland Drive et dont l’identité n’a pas pu être établie, personne n’ayant jamais réclamé sa dépouille. « L’affaire de la petite fille perdue » le hantant encore bien des années plus tard, une semaine avant l’exécution du principal suspect à la prison de Saint Quentin, Harry Bosch décide d'aller l'interroger avant qu’il ne soit trop tard… 
Mon avis
C'est de loin l'histoire la plus tragique de ce recueil. Malgré l'arrestation, puis la condamnation du meurtrier, Harry voudrait par dessus tout donner une identité à cette très jeune fille. Il voudrait que cette enfant ne tombe pas dans l'oubli, que quelqu'un quelque part la reconnaisse.

Le Jackpot à un dollar
Dans Le Jackpot à un dollar, Harry Bosch enquête dans le milieu du poker professionnel. Un matin, Tracy Blitz, une joueuse réputée, est retrouvée abattue dans sa voiture garée bien sagement en face de chez elle. Son mari, qui dormait à poings fermés, n’a malheureusement rien vu ni entendu. Mais il sait qu’elle avait gagné gros la veille au soir au casino. Un voleur qui l’aurait suivie jusque chez elle ? Ce serait si simple… 
Mon avis
Une enquête classique mais dans la monde du jeu. Mais Harry a été autrefois marié à Eleanor Wish, joueuse de poker. Elle a enseigné à notre inspecteur quelques ruses qui l'aideront dans cette enquête.

lundi 26 mars 2018

Le bandit n'était pas manchot de Jérôme JARRIGE.


Présentation de l'éditeur

Jérôme JARRIGE

Rien ne va plus à Juan-les-Pins. Des femmes seules sont sauvagement assassinées selon un rituel particulièrement sanglant. Sans élément pour établir un lien entre les victimes, tout laisse croire que les meurtres sont l'œuvre d'une seule et même personne. La police dispose de très peu d'indices : pas d'effraction, pas d'empreinte, seule une trace d'ADN laissée sur les lieux du crime. Les médias se déchaînent, la juge s'impatiente et le boss met la pression sur le Commissaire Dupin. Ses hommes n'ont que 48 heures pour boucler l'affaire. La population a peur ; qui sera la prochaine victime ? Et surtout, qui détient la clé de l'énigme ? Quand l'enquête piétine, il faut faire preuve d'imagination. Faites vos jeux.

Mon avis

Le commissaire Gilles Dupin a bien de la chance, il vit dans une région de rêve et peut tous les jours décompresser en admirant les divers paysages, en faisant son sport face à la mer et en se promenant sur les quais des ports de plaisance! Il est motard, un petit plus pour échapper aux embouteillages et aux contraintes de la circulation. Il a pour maitresse la jolie Carla, qui ne pose pas de question… 
L'histoire se passe à Antibes et sa région que l'auteur connait bien. Pour les lecteurs qui connaissent et vivent dans ce joli coin de France, c'est surement un plus. 
L'enquête est facile à lire. Les relations entre les différents services ne sont pas toujours simples… Mais notre commissaire arrive à gérer sans trop de compromis. Il n'y a pas trop de suspense, le roman est bien écrit et  relativement court.

Ma petite impression:

Je n'ai pas aimé l'épilogue. L'avis de l'auteur sur les maladies mentales ne sont fondées que sur des impressions, des on-dit communs. Il n'y a rien de scientifique, de médical… le raisonnement n'est pas sain puisqu'il ne fait que reproduire ce qu'on entend lors d'épisodes criminels dramatiques, sans aucune retenue, sans réserve… 

dimanche 25 mars 2018

Le grand voyage de Franck THILLIEZ


Quatrième de couverture

La croisière de douze jours s'annonce idyllique. Gilda et son fils Jérémy regardent joyeusement le quai s'éloigner avant de regagner leur cabine. À cet instant, personne ne prête attention au rouge-gorge qui s'est laissé piégé dans la cale. Mais, plus tard, quand le paquebot stoppe en pleine nuit, que les voyageurs ressentent les premiers malaises, le voyage de rêve risque de tourner au cauchemar.

Mon avis

Si j'ai beaucoup aimé "Vertige" , en revanche je n'ai pas apprécié "Pandémia". Chaque Thilliez  semble avoir chez moi des couleurs différentes! Ce petit texte (24 pages seulement), découvert au fin fond de ma liseuse m'a séduite. Le caractère de chaque personnage est bien décrit… la tension monte en même temps que la peur. 
Une petite nouvelle, prélude à Pandémia qui malgré le drame se dessinant, est pleine de charme.

Pourquoi cette nouvelle:

Thilliez c'est toujours pour moi une surprise. Tantôt séduite, tantôt agacée! J'attends de ma prêteuse "Fracture". Alors pourquoi pas cette toute petite lecture pour retrouver l'auteur .

Une image du bouvreuil pivoine dont il est question dans cette nouvelle.




samedi 24 mars 2018

La guerre du feu de ROSNY Aîné J.H.


Présentation de l'éditeur

Il y a peut-être cent mille ans... Depuis des générations, la tribu des Oulhamrs vit dans le confort que lui donne le Feu. Mais s'ils savent le conserver, ils sont incapables de l'allumer. Et quand un jour, au cours d'un affrontement, les cages sont détruites, c'est la catastrophe: ils seront de nouveau les proies du froid et de la nuit. Le chef Faouhm promet alors sa nièce Gammla et le commandement de la tribu à celui qui ramènera le Feu. Naoh, fils du léopard, part en chasse avec Nam et Gaw, jeunes guerriers lestes et rapides ; ils devront affronter le Lion Géant et l'Ours Gris, combattre les Dévoreurs d'Hommes et les Nains-Rouges, se lier avec les Mammouths et les Hommes-sans-épaules, et surtout compter avec la convoitise et la haine de Aghoo le Velu et ses frères…

Mon avis

J'ai été très surprise en lisant ce roman. Il pourrait être très contemporain, se situer dans un univers parallèle, où la nature, la faune, la flore règneraient en maître. 
L'homme doit lutter  pour survivre, et surtout conserver le feu. C'est une longue marche pour reconquérir cette étincelle magique, ces braises indispensables. 
J'ai pensé malgré moi à l'Odyssée où Pénélope serai Gammla…
De très belles descriptions d'une nature splendide, des luttes entre les animaux, entre les hommes aussi. 
Il reste quand même cette sensation que le pire ennemi de l'homme, c'est l'homme!
Une jolie découverte! 

Pourquoi ce choix:

Je connaissais bien sûr le film de Jean-Jacques Annaud, sorti en 1981. En revanche, jamais je n'ai eu l'idée de chercher à lire le roman. C'est en lisant une critique (Pandora sur le forum Partage Lecture)  j'ai eu envie de découvrir cette oeuvre. J'ai découvert un auteur qui a su allier l'histoire, la préhistoire et l'aventure avec un grand talent.

vendredi 23 mars 2018

La faille de Henning MANKELL


Présentation de l'éditeur

Une veille de Noël beaucoup moins tranquille que prévu pour l'enquêteur Wallander qui débute dans le métier et va découvrir, au péril de sa vie, les travers les plus sombres de la société suédoise.
Traduit du suédois par Anna Gibson.

Mon avis

Nous retrouvons Kurt Wallander  le 24 décembre 1975. Il est marié avec Mona, ils ont une petite fille, Linda. Il travaillera dès la fin des fêtes  au commissariat de Ystad, où son père s'est installé et où Mona a ouvert un salon.
Un super marché vétuste. Un jeune homme rode!
Une scène de crime poignante. 
Une écriture rapide et efficace. Une envie de poursuivre avec cet auteur et son héros!

Un hommage aux victimes de Trèbes

Aujourd'hui, une attaque dans un super marché de Trèbes, dans l' Aude.
Un hasard sordide, un drame qui n'est pas un roman, une tristesse infinie!
Toutes mes pensées aux gens qui sont confrontés à de telles horreurs, victimes, parents, alliés et amis.

jeudi 22 mars 2018

Le coup de couteau de Henning MANKELL


Présentation de l'éditeur

La toute première enquête de Kurt Wallander dévoile un jeune policier en proie à ses démons. Ses qualités et ses défauts, ses premiers pas à la criminelle et la construction de sa vie de famille : tout ce qu'il fallait savoir sur ce personnage hors du commun.
Traduit du suédois par Anna Gibson.

Mon avis

Nous sommes en 1969. Contre l'avis de son père, Kurt Wallander a intégré la police. Il a 22 ans et patrouille en uniforme… Le suicide de son voisin de palier va peut-être lui donner l'occasion de faire ses preuves pour intégrer la criminelle. Il est amoureux de Mona et espère créer avec elle une relation durable et stable.
Un tout jeune homme donc, que j'ai connu 30 ans plus tard avec Le professeur de danse .
C'est agréable de le voir au début de sa vie de policier. Une lecture facile, courte et agréable! 

Ma découverte de l'auteur

C'est pour rendre hommage à Mankell qui venait de mourir d'un cancer (le 5 octobre 2015) qu' une lecture commune a été décidée. J'ai donc découvert cet auteur, et avec lui son célèbre Kurt Wallander, dont j'ignorais tout!

mercredi 21 mars 2018

Le verger de marbre d'Alex TAYLOR

Quatrième de couverture

Alex TAYLOR
Traduit de l'américain par Anatole Pons

En plein Kentucky rural, la Gasping River déploie son cours au milieu des falaises de calcaire et des collines. Un soir où il conduit le ferry de son père sur la rivière, le jeune Beam Sheetmire tue un passager qui tente de le dévaliser. Mais sa victime est le fils de Loat Duncan, un assassin sans pitié. Toujours accompagné de ses chiens menaçants, Loat est lui-même porteur d’un lourd secret concernant le passé de Beam. Aidé par son père, le jeune homme prend la fuite.
Grand Prix du Roman noir étranger de Beaune 2017.


Mon avis

J'ai trouvé ce texte magnifique, comme un poème! Les personnages pour la plupart laids et malsains, les lieux sales, nauséabonds, même quand Derna fait le ménage, elle étale la crasse. La Gasping River qui devrait couler sereine dans ce coin perdu du Kentucky sent mauvais. Même les putes du bar de Daryl paraissent fanées, usées…
Et ce jeune homme, ce jeune Beam s'enfuit … et nous allons rencontrer avec lui une faune, une flore  magnifiques. Des arbres, des souches, des plantes (j'ai cherché ce que pouvait être ce fameux ginseng que cherche Pete Daugherty) bien sûr les guêpes, les mouches et les moustiques, les vautours aussi… au milieu de ce qui pourrait être une casse. Une pauvreté intellectuelle immense. Un monde qu'on n'arrive pas à quitter, un monde qui vous prend aux tripes, un monde sans espoir. Un roman qu'on ne peut pas lâcher, une histoire simple d'un jeune homme qui s'échappe, et qui n'aurait pas du fuir. Une traque qui parait sans fin… 
Si j'ai pu trouver un peu de sérénité dans ce verger de marbre, elle fut de courte durée. Ils sont là ces chiens dressés, mais aussi ces chiens d'humains pour ne pas nous laisser enfin nous reposer. 

Je remercie Partage lecture et les éditions Gallmeister pour ce partenariat.

Ma petite impression

C'est étrange ce qu'on peut ressentir à la lecture d'un roman, les sons, les lumières, les couleurs… c'est "Correspondances" et Baudelaire entre en lice! C'est tellement noir, et tellement beau que me vient à l'esprit "Une charogne", encore ce vieux Charles.
"Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux :
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux"
 Vous vous en doutez, j'aime Baudelaire! 

mercredi 14 mars 2018

Le jour où mon pénis est tombé de David DURANTEAU.


Le pitch par l'auteur 

Je m’appelle Fabrice Carmen, j’ai 43 ans, je suis le présentateur vedette de la matinale d’une grande radio française.
J’ai du fric, je suis connu, les meufs m’adorent, je suis le mec que tout le monde rêve d’être…
Sauf que récemment les petits désagréments s’accumulent… Mon pénis, par exemple… Il est tombé, un matin, sous la douche… Ça fait un choc de le voir à côté de la savonnette… Et cette nouvelle animatrice à la radio qui ne porte jamais de culotte, c’est la fille d’un cinéaste connu, je crois qu’elle essaie de me piquer ma place… Et comme une apothéose, à l’instant où je vous parle, une femme est allongée sur mon canapé hors de prix, une coupe de champagne plantée dans la gorge… Je m’allumerais bien une clope, moi…


Mon avis:

J'aime quand je lis, quand je vais au cinéma ou au théâtre, tomber sur des oeuvres décalées, déjantées, loufoques… J'aime être surprise sinon par le style, au moins par le sujet, par l'histoire ou par les héros.
L'intérêt du pénis est plutôt dérisoire… Symbole phallocratique insignifiant dans cette ouvrage!
Fabrice Carmen est par définition le type même de personnes que je ne supporte pas…Il faut avouer tout de même qu'à mon humble avis…il ne me supporterait pas non plus.
Mais l'intelligence de l'auteur, c'est d'avoir changé le narrateur tout au long de son oeuvre… Hélène, Monica, Bénito, … tous les acteurs deviennent narrateurs! Certains sont plus sympathiques que d'autres… Et ils abordent des sujets très variés, des sujets de notre temps.
On tombe dans une enquête policière… qui est juste là pour permettre à l'auteur de faire parler un policier, puis un juge d'instruction… Un peu Colombo, un peu Sergent Garcia…
Un roman différent, pas si anodin que son titre le laisse imaginer. J'aurai presque parlé d'essai sans l'enquète policière.
Merci à David Duranteau pour cette lecture. 

Ma rencontre avec le livre et l'auteur:

J'ai trouvé ce mail dans ma boite…
Je pouvais difficilement passer à côté de la lecture d'un roman vendu (pardon: offert) de si originale façon.
Chère Joëlle bonjour,
Voici le deux cent cinquante huitième mail du mois d’un auteur formidable mais incompris qui essaie de vous coller un roman en pièce jointe et en PDF parce qu’il a pas d’éditeur le génie et son livre est numérique… Au moins, il prend pas la poussière.
Maintenant que mon histoire est sur Amazon, perdue au milieu des frigos double-porte et des sextoys, faut se faire remarquer mon gars ! C’est parfaitement désagréable d’emmerder les gens, mais quand on regarde bien le monde, c’est souvent les emmerdeurs qui s’en tirent le mieux…
Mais je parle de moi et encore de moi (c’est tellement rare pour un auteur)… Parlons de vous, des blogs et des blogueurs (qui, j’ai constaté, êtes souvent auteurs par ailleurs)…
Un  soir, une assistance avachie à ma table et pas mal éméchée dit beaucoup de mal des blogs en général, des blogs littéraires en particulier… Forcément, ma curiosité est attisée… Enfin des gens peu fréquentables !
Alors j’ai lu… J’ai ri, souvent pleuré… Bon, pas si infréquentable que ça, finalement… Je m’attendais à un feu d’artifice d’égo et d’arrogance… Sur l’arrogance j’ai été un poil déçu…
Bon, il faut faire le tri… Quel est le sens de ma démarche ? … Soyons franc et honnête avec nous même pour une fois… Le partage et l’échange ? … On a dit franc et honnête, pour une fois : Je veux qu’un blogueur influent lise mon roman, qu’il en parle pour trouver un éditeur et vendre quelques millions de livres dont les droits d’auteurs m’assureront une retraite confortable et turbulente à la fois…
Les blogueurs nominés sont ceux qui font preuve d’un minimum d’ouverture d’esprit, d’un peu de second degré, de pas mal de curiosité  et d’énormément de mauvaise foi, parce que la critique est complètement subjective et c’est comme ça qu’on l’aime… Vous avez été sélectionnée!
J’entends de là votre émotion qui n’est pas près de retomber, après avoir passé un peu de temps avec les personnages du truc en PDF que j’évoquais au début de ce mail…
L’histoire s’appelle « Le jour où mon pénis est tombé »… Ca parle de… De ça, effectivement… (Pas mal le pitch!) Sauf qu’en cherchant un peu et même en cherchant vraiment, je ne trouve pas d’adresse mail pour vous envoyer mon précieux PDF (ou un autre format EPUB, MOBI, quatre par trois, à vous de voir).
Est-il possible que vous limitiez les envois sauvages d’ouvrages en quête d’attention ? … M’étonnerait beaucoup, c’est sûrement un oubli… Donc, si ça vous dit de découvrir, « Le jour où mon pénis est tombé », n’hésitez surtout pas à me communiquer une adresse mail…
Quoi qu’il en soit, merci infiniment, Joëlle, de m’avoir accordé un instant et passez la meilleure journée possible.
Bien à vous,
David Duranteau

dimanche 11 mars 2018

Riquet à la houppe de Amélie NOTHOMB


Quatrième de couverture

Amélie NOTHOMB

"L’art a une tendance naturelle 
à privilégier l’extraordinaire. "

Mon avis

C'est un conte que j'ai très vite lu. 
Un après midi partagé avec Déodat, enfant très laid, mais intelligent  et Trémière, son antithèse, peut-être pas aussi sotte pour une si jolie fille!
Le style Nothomb!
Une lecture détente, un conte remis au goût du jour.

Ma vision de l'auteur:

Ce n'est pas ma première histoire avec Amélie Nothomb… "Hygiène de l'assassin", "Les catilinaires", "Stupeur et tremblements" et quelques autres dont le titre m'échappe … Mais depuis que je tiens ce blog, je n'ai lu que Barbe bleue (en 2013).
Il était donc temps pour moi de retrouver cet auteur qui me charme surtout par ses apparitions promotionnelles, par son charisme et son humour décalé!
Où est la vérité dans les histoires de son enfance qu'elle raconte… Est-il vrai qu'une de ses grand-mère lui aurait dit "J'espère que tu es intelligente, parce que tu es si laide"?

Ma rencontre avec le roman:

J'ai reçu ce livre  cadeau de ma fille à Noël 2016… 
J'ai offert ce livre à Noël 2016, à ma fille!
Les beaux esprits se rencontrent!
J'ai lu le mien… J'attend qu'elle lise le sien!

samedi 10 mars 2018

Le fruit de ma colère de Mehdy BRUNET


Présentation de l'éditeur

Medhy BRUNET

Le jour où Ackerman vient demander de l'aide à Josey Kowalsky, le compte à rebours a déjà commencé.
Il faut faire vite, agir rapidement.
Josey n'hésite pas un seul instant à venir au secours de cet homme qui, par le passé, a su le comprendre.
Ensemble, ils vont découvrir que la colère et la vengeance peuvent prendre bien des visages.
Et s'il était déjà trop tard ?


Mon avis

C'est en lisant "Sans raison" que j'ai découvert Josey Kowalsky et la plume de Mehdy  Brunet. 
Si Ackerman (Paul) contacte Josey, c'est que son jumeau (Éric) a disparu.
C'est la dure réalité des gens qui veulent retrouver un proche… Un adulte majeur a le droit de disparaitre, (et pas qu'en littérature!). Alors il faut se tourner vers des détectives privés, faire fi des lois…
Et tout va très vite avec Mehdy Brunet… L'écriture comme la lecture… c'est prenant, addictif… On veut aller plus loin, comprendre le pourquoi de tant de haine…
Ce lieu sordide, cette prison dirigée de main de maitresse qui, lancinante revient comme un refrain tout au long de l'ouvrage. 
Cette jolie histoire d'amour entre Léa et Paul…Léa dont le frère a aussi disparu!
Mais pourquoi donc tous ces hommes disparaissent? 
En passant habilement de la poursuite de nos deux (trois) héros, au sordide de la geôle… L'auteur a su me captiver, il m'a empêché de quitter son roman…. Je voulais absolument comprendre, aller plus loin!
Bien sûr on retrouve les démons de Kowalsky et la fumée de ses "Pall Mall".
J'espère, parce que je sens bien qu'il y aura une suite, que Kowalsky, aidé par ses parents va se ressaisir et aider son fils. Après tout, en tant que lecteur, et tant qu'elle n'est pas écrite, je peux bien imaginer la suite que je veux, une suite à ma façon!

Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.


mercredi 7 mars 2018

Le premier miracle de Gilles LEGARDINIER


Quatrième de couverture

Gilles LEGARDINIER

"- Cette femme m’a tiré dessus. 
- Dans notre métier, tout le monde fait ça sans arrêt. Ne jugez pas Karen sur un malheureux coup de feu. Vous verrez, c’est une jeune femme remarquable. 
- Qui êtes-vous ? 
- D'habitude, on est les gars payés à ne rien faire, mais depuis quelque temps on a énormément de travail. Dites-moi, croyez-vous au pouvoir des objets sacrés dont vous parlez dans votre thèse ? 
- Je traitais surtout des tyrans qui ont cherché à se les approprier. La science a rendu obsolètes beaucoup de théories ésotériques... Dommage, j’aimais bien l’idée que des pouvoirs inconnus restent à découvrir. 
- Et si c’était le cas ? Si certains pouvoirs se cachaient encore derrière les mystères que nos chercheurs n’arrivent toujours pas à percer ? Et si un type assez riche ou une organisation assez puissante était en train de chercher à les réveiller ? 
- Sérieusement ? Dans notre monde si matérialiste, coincé entre les soldes et des compétitions de dopés ? Il faudrait qu’il soit sacrément illuminé… 
- ...ou qu’il sache quelque chose que nous ignorons. Quelqu'un bouge ses pions dans l’ombre, pour une partie dont les enjeux vont vite nous dépasser. Dans nos métiers, il n’y a pas pire situation. Comme le disait le grand Winston, c’est le meilleur moyen de l’avoir dans l’os."

Mon avis

Je ne sais pas trop ce que je retiendrai de ce roman, ni trop ce que je pourrai en dire. L'Egypte, c'est toujours passionnant et accrocheur. Le duo Karen-Benjamin fonctionne bien. Quelques traits d'humour. J'ai été déçue par fin.
Legardinier est un auteur très prisé, ce roman a sans doute  rencontré son public…
C'est ma troisième lecture de cet auteur

Pourquoi ce livre 

Après avoir regardé une émission de télévision, mon homme a manifesté son désir de lire ce roman. L'auteur l'avait enthousiasmé! Je le lui ai donc offert!
Il l'a lu, a fait très peu de commentaires. Ne se souvient pas très bien mais a été lui aussi déçu par la fin.

dimanche 4 mars 2018

Nuit de Bernard MINIER


Quatrième de couverture


Bernard MINIER

NUIT de tempête en mer du Nord. 
Secoué par des vents violents, l'hélicoptère dépose 
KIRSTEN NIGAARD sur la plate-forme pétrolière. 
L'inspectrice norvégienne enquête sur le meurtre 
d'une technicienne de la base off-shore.

Un homme manque à l'appel. En fouillant sa cabine, Kirsten 
découvre une série de photos. Quelques jours plus tard, 
elle est dans le bureau de MARTIN SERVAZ.

L'absent s'appelle JULIAN HIRTMANN, le tueur retors et 
insaisissable que le policier poursuit depuis des années. 
Étrangement, sur plusieurs clichés, 
Martin Servaz apparaît. 
Suivi, épié.

Kirsten lui tend alors une autre photo. Celle d'un enfant.
Au dos, juste un prénom : 
GUSTAV

Pour Kirsten et Martin, c'est le début d'un voyage terrifiant. 
Avec, au bout de la nuit, le plus redoutable des ennemis.

UN FACE-À-FACE ANGOISSANT

Mon avis

Évidemment, lire cette quatrième aventure de Martin Servaz a quelque chose de bouleversant! Retrouver l'écriture de Minier (que je venais à peine de quitter avec "Une putain d'histoire") n'est pas anodin. Il y a une force particulière dans ses écrits… Et puis je voulais aussi en finir avec Hirtmann.
Alors je suis restée sur ma faim… J'ai trouvé l'arrivée de Gustav trop opportuniste.
Le roman possède toutes les qualités de Bernard Minier, écriture, suspense, rapidité… Mais!

Pourquoi cette lecture

C'est le dernier des livres que j'ai emprunté.
J'ai lu le premier chapitre en mai dernier, juste quand on a découvert ma maladie. 
Je n'ai pas pu le continuer. Je l'ai repris à plusieurs reprises… 
J'ai enfin réussi à le terminer alors que je vais d'un pas alerte vers la rémission!