lundi 30 octobre 2017

Alan Lambin et le fantôme au crayon.

Jean-Marc DHAINAUT

Quatrième de couverture

Six ans avant "La Maison bleu horizon", Alan Lambin était déjà confronté à l'impensable.

Une enquête inédite explorant le monde du paranormal avec sensibilité et émotion

Mon avis

Sandrine Ledantec est veuve. Son fils Ronan a disparu. Il aimait dessiner, avait un certain talent…En compagnie de son ami Paul, Alan va permettre à cette maman de faire son deuil.

J'ai vraiment pris beaucoup de plaisir en lisant cette petite nouvelle de vingt-quatre pages!
Découvrir Alan Lambin débutant dans ses recherches, faire la connaissance de son ami Paul Belvague. 
C'est bien écrit, rien de larmoyant ou de sinistre, une approche rapide de l'écriture et de l'univers fantastique de Jean-Marc Dhainaut. 

dimanche 29 octobre 2017

Récidive

Sonja DELZONGLE

Quatrième de couverture

Saint-Malo, hiver 2014. Du haut des remparts, sorti de prison, Erwan Kardec contemple la mer en savourant sa liberté. Il y a trente ans, il a tué sa femme à mains nues, devant leur fille, Hanah. Jamais il n’aurait été démasqué si la fillette n’avait eu le courage de le dénoncer. Malade, nourri d’une profonde haine, il n’aura de cesse de la retrouver avant de mourir.

À New York, au même moment, Hanah, qui a appris la libération de l’assassin de sa mère, est hantée par le serment qu’il lui a fait de se venger. De cauchemars en insomnies, son angoisse croît de jour en jour. Pourquoi a-t-il tué sa mère? Quand surgira-t-il? Quels sont ces appels anonymes?

La confrontation est inévitable.

Quand on est traqué, mieux vaut-il se cacher, ou regarder la mort dans les yeux?


Mon avis

Comme j'ai souffert en lisant ce roman!
Comme j'ai eu peur pour Hanah!
Comme j'ai détesté ces pères… !
Une lecture addictive! 
Un livre qu'on ne laisse pas de côté. 
Une héroïne passionnante. 
Un auteur que décidément j'aime beaucoup!

L'avis de Laurence 

Celui de Cassiopée 

vendredi 20 octobre 2017

Comment ne pas tuer une araignée

Alex EPSTEIN

Quatrième de couverture

Ouvrage traduit de l'hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech. 

« Quand je commence à écrire une histoire très courte, 
je l'imagine toujours comme un roman. 
Et dans un univers parallèle, 
il existe peut-être un écrivain fou 
qui est actuellement en train d'écrire ces romans. » 
A. Epstein. 

« Les textes d'Alex Epstein sont un écho virtuose 
et original à la grande tradition de la littérature mondiale,
 comme si la tension entre le classique et l'inspiration improvisée 
créait dans l'esprit du lecteur l'équivalent littéraire 
d'un croisement entre Mozart et Miles Davis. » 
Etgar Keret. 

Alex Epstein est né en 1971 en Russie. 
Il vit en Israël depuis l'âge de huit ans. 
(source éditeur)


J'ai été surprise par la forme même de l'ouvrage… pas vraiment des nouvelles, des histoires plus ou moins courtes…
La plus courte: (peut-être?!?)
"À débattre:
Même le dernier homme au monde 
écrit un roman."
La plus longue doit faire plus ou moins quatre pages.

J'ai souri parfois, été intriguée quelquefois!
Mais il m'est arrivé de ne pas comprendre, de relire, de lire à un tiers pour avoir son avis… pour le moins aussi dubitatif que le mien.
C'est une lecture originale, un mélange de surréalisme, de poésie, d'absurde que j'ai beaucoup aimé. Se laisser aller au fil des mots, ne pas se prendre la tête ou se creuser la cervelle pour aller plus loin avec l'auteur ( la Shoah est très présente).
Le titre de l'ouvrage est aussi le titre de la dernière histoire du recueil.

mercredi 18 octobre 2017

L'homme de leur vie

Françoise BOURDIN

Quatrième de couverture

À quarante ans, Louis Neuville est un compositeur de talent. Quand France le rencontre, elle tombe immédiatement sous son charme. Il est veuf, elle est divorcée, tout pourrait être simple. Mais Alix, la soeur jumelle de Louis, ne gère pas seulement la carrière de son frère, elle entend aussi régenter sa vie privée et n'a pas l'intention de laisser une femme s'immiscer entre eux.
Quant à Frédéric, le fils de Louis, il accepte mal la complicité qui naît très vite entre son père et Romain, le fils de France, guitariste doué et passionné. Jaloux, mal dans sa peau, Frédéric fera tout lui aussi pour empêcher les deux amants d'être heureux.
France réussira-t-elle malgré tout à conquérir l'homme de sa vie ? Sans un petit coup de pouce du destin, il semble difficile que les conflits s'apaisent…

Une histoire plutôt sympathique entre une femme divorcée enseignante et un veuf, musicien célèbre.
Une histoire d'amour que je vous conseille si vous aimez la romance!

Un voisin si craquant

Léna FORESTIER


Quatrième de couverture

Et si l'amour se trouvait de l'autre cote du palier ? Lorsqu'il emménage dans son appartement lyonnais, Maxence a vraiment le sentiment de débuter une nouvelle vie. Car pour se rapprocher de son petit garçon, il a choisi de tout quitter: son travail qui le passionnait, ses amis, sa ville de toujours; un sacrifice qu'il oublie vite devant le sourire rayonnant de son fils. Et dans cette nouvelle vie, pas le temps ni la place pour une nouvelle femme ! Heureusement, ce n'est pas sa voisine qui risque de mettre a mal ses bonnes résolutions. Il faut dire que leur première rencontre a été plutôt...surprenante: pyjama en pilou, grosses chaussettes en laine et coiffure post-cyclonique, Armelle n'était pas vraiment a son avantage ! Pourtant, plus il la croise et plus il se surprend a se laisser envoûter par la chaleur de sa voix et sa beauté singulière…

Je n'ai pas grand chose à dire de ce roman. Il est bien écrit, les personnages sont sympathiques… Le roman est vite lu….Je ne lirai pas les deux tomes suivants, tout simplement parce que je ne suis pas la cible de ce genre littéraire. Mais si vous aimez la romance…. N'hésitez pas! Vous passerez un bon moment!

La terre qui penche

Carola MARTINEZ

Quatrième de couverture

Blanche, la môme chardon, est-elle morte en 1361 à l’âge de douze ans comme l’affirme son fantôme ? Cette vieille âme qu’elle est devenue et la petite fille qu’elle a été partagent la même tombe. L’enfant se raconte au présent et la vieillesse écoute, s’émerveille, se souvient, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend. Veut-on l’offrir au diable pour que le mal noir qui a emporté la moitié du monde ne revienne jamais ?
Un voyage dans le temps sur les berges d’une rivière magnifique et sauvage, la Loue, par l’auteur du Domaine des Murmures et du Cœur cousu.

J'ai tant aimé "Du domaine des murmures" et "Le coeur cousu" que c'est sans hésiter que j'ai plongé dans ce roman, retrouvant avec bonheur l'écriture poétique de Carole Martinez.

Petite fille ou vieille âme, la vie et le souvenir! 
Il y a de la magie dans ce récit… Les personnages sont tous atypiques… La beauté des lieux bien décrite. 

lundi 16 octobre 2017

ZYKË L'aventure

Thierry PONCET

Quatrième de couverture

Au fond d'un PMU de la rue du Faubourg-Saint-Martin, je tends le texte d'une de mes nouvelles à l'aventurier de la mine d'or. Il lit les premières lignes et déclare : « C'est toi » comme il cracherait deux écorces de graines de tournesol. Il aurait pu dire : « Je viens de décider de t'emmener avec moi, aussi ton destin va-t-il basculer dans les minutes qui suivent, tu vas connaître le monde entier, les grandes ivresses, le sexe, l'amour et le danger, et tu vas devenir écrivain d'une manière que tu n'aurais jamais imaginé. » Mais non. Juste : « C'est toi. »
L'incroyable odyssée autour du monde, au sommet du succès littéraire et au cœur de l'amitié de deux hommes que tout oppose. Un récit trépidant et truculent, dur et drôle, invraisemblable et vrai : inlâchable.




Ce n’est pas rien de partir à l’aventure avec Thierry Poncet. Haig, personnage haut en couleur, sûrement inspiré de l’auteur, de sa vie, gagne toute notre sympathie…Alors j'étais impatiente de découvrir Zykë … "D'après une histoire vraie".
Cizia Zykë est l’ami, le maître de Thierry Poncet … . J’avoue que sans « Monsieur Poncet » je ne connaitrais pas cet « écrivain-aventurier » dont les  récits ont passionné des lecteurs en quête d’exotisme. De sa rencontre avec ce personnage haut en couleur et atypique Thierry Poncet saura prendre le meilleur, apprendre et grandir.
Au delà de cette expérience d’écrivain, parfois même de « forçat » de l’écriture,  Poncet se dévoile un peu. (Très peu !)
De sa découverte des femmes aux amours tarifées à son magnifique amour pour Indra… prostituée juste parce qu’elle est née là,  sans d’autres issues possibles. Il part avec les notes de la vie d’Indra dont elle lui a fait cadeau.
Et s’ils fréquentent plutôt les bas-fonds et les mauvais garçons, pas de jugement, et une générosité présente mais jamais ostentatoire.
J’ai adoré la vision hyper réaliste du « Paris Dakar ». Je regrette que la photo des latrines publiques n’ai pas été publiée, ainsi d’ailleurs que toutes les magouilles de l’époque.
J’ai aimé cette lecture, cette découverte des origines de l’auteur. J’ai apprécié sa loyauté, et celle de Zykë aussi… Je sors de cette lecture "enrichie". 
Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.

Le blog de l'auteur Thierry Poncet.