mercredi 18 octobre 2017

L'homme de leur vie

Françoise BOURDIN

Quatrième de couverture

À quarante ans, Louis Neuville est un compositeur de talent. Quand France le rencontre, elle tombe immédiatement sous son charme. Il est veuf, elle est divorcée, tout pourrait être simple. Mais Alix, la soeur jumelle de Louis, ne gère pas seulement la carrière de son frère, elle entend aussi régenter sa vie privée et n'a pas l'intention de laisser une femme s'immiscer entre eux.
Quant à Frédéric, le fils de Louis, il accepte mal la complicité qui naît très vite entre son père et Romain, le fils de France, guitariste doué et passionné. Jaloux, mal dans sa peau, Frédéric fera tout lui aussi pour empêcher les deux amants d'être heureux.
France réussira-t-elle malgré tout à conquérir l'homme de sa vie ? Sans un petit coup de pouce du destin, il semble difficile que les conflits s'apaisent…

Une histoire plutôt sympathique entre une femme divorcée enseignante et un veuf, musicien célèbre.
Une histoire d'amour que je vous conseille si vous aimez la romance!

Un voisin si craquant

Léna FORESTIER


Quatrième de couverture

Et si l'amour se trouvait de l'autre cote du palier ? Lorsqu'il emménage dans son appartement lyonnais, Maxence a vraiment le sentiment de débuter une nouvelle vie. Car pour se rapprocher de son petit garçon, il a choisi de tout quitter: son travail qui le passionnait, ses amis, sa ville de toujours; un sacrifice qu'il oublie vite devant le sourire rayonnant de son fils. Et dans cette nouvelle vie, pas le temps ni la place pour une nouvelle femme ! Heureusement, ce n'est pas sa voisine qui risque de mettre a mal ses bonnes résolutions. Il faut dire que leur première rencontre a été plutôt...surprenante: pyjama en pilou, grosses chaussettes en laine et coiffure post-cyclonique, Armelle n'était pas vraiment a son avantage ! Pourtant, plus il la croise et plus il se surprend a se laisser envoûter par la chaleur de sa voix et sa beauté singulière…

Je n'ai pas grand chose à dire de ce roman. Il est bien écrit, les personnages sont sympathiques… Le roman est vite lu….Je ne lirai pas les deux tomes suivants, tout simplement parce que je ne suis pas la cible de ce genre littéraire. Mais si vous aimez la romance…. N'hésitez pas! Vous passerez un bon moment!

La terre qui penche

Carola MARTINEZ

Quatrième de couverture

Blanche, la môme chardon, est-elle morte en 1361 à l’âge de douze ans comme l’affirme son fantôme ? Cette vieille âme qu’elle est devenue et la petite fille qu’elle a été partagent la même tombe. L’enfant se raconte au présent et la vieillesse écoute, s’émerveille, se souvient, se revoit vêtue des plus beaux habits qui soient et conduite par son père dans la forêt sans savoir ce qui l’y attend. Veut-on l’offrir au diable pour que le mal noir qui a emporté la moitié du monde ne revienne jamais ?
Un voyage dans le temps sur les berges d’une rivière magnifique et sauvage, la Loue, par l’auteur du Domaine des Murmures et du Cœur cousu.

J'ai tant aimé "Du domaine des murmures" et "Le coeur cousu" que c'est sans hésiter que j'ai plongé dans ce roman, retrouvant avec bonheur l'écriture poétique de Carole Martinez.

Petite fille ou vieille âme, la vie et le souvenir! 
Il y a de la magie dans ce récit… Les personnages sont tous atypiques… La beauté des lieux bien décrite. 

lundi 16 octobre 2017

ZYKË L'aventure

Thierry PONCET

Quatrième de couverture

Au fond d'un PMU de la rue du Faubourg-Saint-Martin, je tends le texte d'une de mes nouvelles à l'aventurier de la mine d'or. Il lit les premières lignes et déclare : « C'est toi » comme il cracherait deux écorces de graines de tournesol. Il aurait pu dire : « Je viens de décider de t'emmener avec moi, aussi ton destin va-t-il basculer dans les minutes qui suivent, tu vas connaître le monde entier, les grandes ivresses, le sexe, l'amour et le danger, et tu vas devenir écrivain d'une manière que tu n'aurais jamais imaginé. » Mais non. Juste : « C'est toi. »
L'incroyable odyssée autour du monde, au sommet du succès littéraire et au cœur de l'amitié de deux hommes que tout oppose. Un récit trépidant et truculent, dur et drôle, invraisemblable et vrai : inlâchable.




Ce n’est pas rien de partir à l’aventure avec Thierry Poncet. Haig, personnage haut en couleur, sûrement inspiré de l’auteur, de sa vie, gagne toute notre sympathie…Alors j'étais impatiente de découvrir Zykë … "D'après une histoire vraie".
Cizia Zykë est l’ami, le maître de Thierry Poncet … . J’avoue que sans « Monsieur Poncet » je ne connaitrais pas cet « écrivain-aventurier » dont les  récits ont passionné des lecteurs en quête d’exotisme. De sa rencontre avec ce personnage haut en couleur et atypique Thierry Poncet saura prendre le meilleur, apprendre et grandir.
Au delà de cette expérience d’écrivain, parfois même de « forçat » de l’écriture,  Poncet se dévoile un peu. (Très peu !)
De sa découverte des femmes aux amours tarifées à son magnifique amour pour Indra… prostituée juste parce qu’elle est née là,  sans d’autres issues possibles. Il part avec les notes de la vie d’Indra dont elle lui a fait cadeau.
Et s’ils fréquentent plutôt les bas-fonds et les mauvais garçons, pas de jugement, et une générosité présente mais jamais ostentatoire.
J’ai adoré la vision hyper réaliste du « Paris Dakar ». Je regrette que la photo des latrines publiques n’ai pas été publiée, ainsi d’ailleurs que toutes les magouilles de l’époque.
J’ai aimé cette lecture, cette découverte des origines de l’auteur. J’ai apprécié sa loyauté, et celle de Zykë aussi… Je sors de cette lecture "enrichie". 
Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.

Le blog de l'auteur Thierry Poncet. 

vendredi 29 septembre 2017

Le meurtre d'O'Doul Bridge

Florent MAROTTA


Quatrième de couverture

San Francisco, sa baie, son océan, sa population cosmopolite. C'est dans cette ville de l'Ouest américain que Michael Ballanger a décidé de se reconstruire. Loin de sa famille en lambeaux, loin de la France où un tueur en série mit sa vie en miettes. Le coach de vie à succès renaît avec la difficulté qui suit la perte d'un être cher. Mais le voilà mêlé au meurtre d'un notable. Au moment de mourir, l'homme a composé un numéro, le sien. Alors la tourmente l'emporte. Réveillant les douleurs du passé.

Avant de commencer ma petite chronique, je tiens à remercier Joël Maïssa pour sa patience. En effet, il y a maintenant presque deux mois que je recevais et lisais "Le meurtre d'O'Doul Bridge" (27 août).
Aimant l'écriture de Florent Marotta, ayant lu la plupart de ses créations : "Le visage de Satan", mais aussi dans un tout autre domaine "Ysé et le palimpseste" … etc, je savais que je vivrai un joli moment de lecture.

Avec ce nouveau roman Marotta renoue avec le genre thriller. Je n'ai pas posé ma liseuse avant le mot "fin" tant sa lecture fut un plaisir, tant j'ai aimé le héros!
Original, puisque notre héros, Michael Ballanger est "French coach". Expatrié à San Francisco, il a développé son activité et est même devenu une star du petit écran où il participe à une émission débat, et a de jolis succès en librairie!
Par ses rêves, ou cauchemars, nous allons nous imprégner de son passé découvrir ses drames et comprendre son désir d'un ailleurs. Surprenant il l'est avec Kim, une superbe call-girl, il la considère comme sa fille et lui paie ses études. Plus gauche peut-être avec sa fille Karine venue le rejoindre pour tenter de recréer un lien que le malheur a détruit.
Et dans ce décors bien planté, nous suivons la véritable enquête d'un meurtre.
Tant de semaine après ma lecture, après m'être insurgée contre le policier américain, si pédant et méprisant. Il n'y avait vraiment qu'un "frenchi" pour enquêter sans complexes auprès des nantis américains, qui ne doivent leur pouvoir qu'à l'argent.

Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.



lundi 3 juillet 2017

Némésis — Tome 1 : La recrue

Pascal NINOT

Quatrième de couverture

Quarantenaire divorcé avec une passion pour l’écriture, Hugo trouve sur un site de rencontres Emmanuelle, son évidence. Mais autour de leur nid d’amour aux Cévennes se multiplient les incidents étranges : des vols répétés chez la propriétaire de l’immeuble, la disparition d’une résidente de la maison de retraite où travaille Emmanuelle … Quand le couple se retrouvera mêlé à une nouvelle disparition tragique en Tunisie, Hugo devra utiliser toutes les ressources disponibles pour résoudre une affaire d’envergure mondiale. Et alors que les mystères impliquant son aimée affluent, une rencontre avec un agent spécial pourrait bien changer leur vie.

"Némésis la déesse de la juste colère des dieux et de la rétribution. Elle est l'équilibre des hommes dans ce qui leur est dû et de la responsabilité de leurs actes. Elle est justice mais aussi vengeance." 
C'est ainsi que commence le roman, nous expliquant qu'aujourd'hui, Némésis est dirigée par Thémis, femme hors du commun qui dirige le monde, manipule les peuples…etc.
Je pensais donc lire un roman parlant de secte, de secrets d'état, de politique et d'argent, pas d'amour.
Lorsqu'il rencontre, via les réseaux sociaux Emmanuelle, Hugo tombe éperdument amoureux. Il décide de vivre avec elle dans les Cévennes. Il quitte donc la région parisienne et s'installe dans un petit nid d'amour… Très vite on s'aperçoit que Emmanuelle n'est pas très équilibrée, elle semble atteinte de schizophrénie. 
Je pensais donc lire un roman racontant les immenses difficultés de vivre avec des personnes charmantes, aimantes et aimables et qui brusquement peuvent devenir terrifiantes, de cet enfer du quotidien, de la gestion d'une maladie pour laquelle hélas l'amour ne suffit pas!
Finalement je me retrouve au centre d'un complot familial, puis au centre d'un complot international… 
Si j'ai trouvé que l'auteur connaissait et décrivait bien ce petit bout du sud-est, j'ai noté qu'il connaissait mal le monde des maladies mentales… Il faut beaucoup de temps pour que les patients acceptent leur traitement, et quatre gélules, un seul entretien avec un psychiatre sont rarement suffisants pour équilibrer les malades… 
Je n'ai pas toujours bien situé les évènements dans le temps…Parfois rêves dans le TGV… devenant réalité! 
Les relations avec les gens sont aussi assez surprenantes, un regard, je te fais confiance, … On parle beaucoup de belles personnes… Comment interpréter "belles personnes" dans l'absolu? 
Je crois que si j'ai lu ce roman sans déplaisir, il est plutôt prenant, on a envie d'aller plus loin pour savoir, pour comprendre, en revanche je n'ai pas tout compris. 
Je remercie  Anaelle, des éditions Publishroom pour ce partenariat.


Némésis — La recrue
de Pascal Ninot



samedi 1 juillet 2017

La maison bleu horizon

Jean-Marc DHAINAUT

Quatrième de couverture

Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d'Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l'enquête bouleversante qui l'attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d'un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?

Breton et normand, Alan Lambin a été nourri de légendes, de superstitions et d'anecdotes plus ou moins vérifiées. Pourtant il est cartésien et cherche à expliquer les évènements qui peuvent effrayer les habitants de lieux, de maisons hantés. 
Alors qu'en ce début d'année 1985 le froid s'abat sur la région entière, des évènements étranges perturbent la famille Anneraux. Alan va enquêter dans cette étrange demeure, il va être confronté aux peurs des habitants, mais aussi à ses propres cauchemars.
Deux enfants, Thomas si sage et si jeune, Peggy, jeune ado réfractaire au "chasseur", leur maman Hélène et la domestique Mélanie sont impressionnés par des spectres, des pleurs, et peut-être des menaces. L'absence du maître des lieux augmente l'angoisse des siens. Où est Jean-Pierre Anneraux?
C'est une lecture facile et agréable. Je ne crains pas les fantômes, je ne suis pas sure qu'ils existent en dehors de la littérature et de nos fantasmes, mais j'ai senti la présence de Joseph, et j'ai aimé que justice soit rendue.
Au delà du roman, il y a dans cet ouvrage une volonté de rendre hommage à tous ces hommes si jeunes, ces soldats, ces poilus envoyés au combat, servant d'appât et de chair à canon. J'ignore pourquoi, mais dès qu'il s'agit de cette guerre, j'éprouve une émotion intense, un sentiment de profonde injustice. Les coquelicots dans nos prés sont un vibrant hommage à tous ces jeunes gens!

Merci aux éditions Taurnada et à Joël Maïssa pour ce partenariat.